Archives par mot-clé : développement personnel

Et si nous parlions de vos émotions ?

Intelligence Emotionnelle

Vous arrive t’il de tourner en boucle ou de vous sentir épuisé(e) ? Quelle décision devez-vous prendre ? Vous ressentez de l’incompréhension sur votre lieu de travail, de l’agacement ou une forte lassitude ? Avez-vous conscience de ces émotions qui vous « parlent » ? Parvenez vous à les identifier, à les nommer ? Que faites-vous de ces informations précieuses qui vous sont envoyées ? Pouvez-vous les décrypter et à en faire une véritable force pour prendre la « meilleure » décision, c’est-à-dire la plus ajustée à la situation, pour vous, les autres et votre entreprise ?

Les émotions font partie de la vie. L’émotion est un messager de notre santé mentale au cœur de toutes les préoccupations et dans de nombreux domaines : les entreprises, les centres de soin, les écoles. La santé mentale est le sujet n°1 ! Et une bonne santé mentale passe par un bon équilibre émotionnel.

Bonne nouvelle : développer ses compétences émotionnelles, cela s’apprend ! Et oui, il n’y a pas que les mathématiques et la technologie dans la vie ! Les émotions comptent énormément également comme nous l’avons toutes et tous constaté, parfois avec « violence », depuis la pandémie. L’intelligence émotionnelle est la capacité à mieux comprendre nos émotions et celles des autres. Contrairement à l’intelligence rationnelle (le QI), elle s’acquière tout au long de la vie et peut augmenter au fur et à mesure x² ou d’un travail sur soi.

« Développer son Intelligence Emotionnelle est une étape incontournable pour celui ou celle qui souhaite évoluer et provoquer un changement individuel et collectif »

 « Dis, raconte-moi les émotions !»

Les émotions ont longtemps été considérées comme des « passions » entravant le bon fonctionnement de la raison. Dans l’Antiquité, certains philosophes soulignaient même la supériorité de la raison sur les émotions et invitaient les individus à les réprimer ou les refouler.

Epictète de son côté nous transmet une philosophie qui sème les graines de la psychologie contemporaine : « Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les représentations (biaisées) qu’ils en fabriquent. » ; en d’autres termes ce qui me blesse n’est pas le « fait intrinsèque », mais l’interprétation que je me fais de cet événement.

Plus proche de nous, Descartes avait affirmé « je pense donc je suis » ; ce qui signifie pour lui que le simple fait d’avoir conscience de penser est une preuve suffisante de la réalité de notre identité.

Depuis, notre perception de la dimension émotionnelle a évolué. Les neurosciences montrent aujourd’hui que les émotions jouent des rôles multiples, complexes et même vitaux dans le fonctionnement de l’individu, la performance et la pérennité des Hommes et des entreprises.

La première utilisation du terme « intelligence émotionnelle » est souvent attribuée à la thèse de doctorat de Wayne Payne au milieu des années 80.

De son côté, le psychologue israélien Reuven Bar-On prétend avoir inventé le terme « Quotient Emotionnel » à la fin des années 1980. Il a développé un diagnostic sous forme d’une matrice comportant 5 échelles regroupant 15 compétences interconnectées, mettant en relief nos forces et champs de développement (EQ-i) :

Au début des années 90, Peter Salovey & John Mayer publient un article pour expliquer comment l’intelligence émotionnelle s’exprime dans nos comportements et nos esprits. Selon eux, elle correspond à la capacité de traiter des informations sur ses propres émotions et celles des autres. En outre, cela inclut également la possibilité d’utiliser cette information comme guide de réflexion et de comportement.

Celui qui a vraiment contribué à l’émergence de l’IE est Daniel Goleman, Docteur en psychologie, enseignant à Harvard et journaliste au New York Times. Il présente 25 compétences et aptitudes, proches du modèle de Bar-On, bien que Goleman ait centré son travail sur le leadership en milieu de travail.

Enfin, Paul Ekman, psychologue américain et professeur de psychologie à l’Université des sciences médicales en Californie, considère comme l’un des 100 plus éminents psychologues du XXème siècle, a concentré son travail sur l’étude des émotions dans leurs relations aux expressions faciales. Il a, entre autres, conçu une liste d’émotions de base en étudiant les sociétés primitives.

Voir la série « Homecoming » – Thriller psychologique sur les émotions https://nospensees.fr/homecoming-un-thriller-psychologique-sur-les-emotions-et-la-memoire/

Qu’est-ce vraiment que l’intelligence émotionnelle ?

Pour Daniel Goleman, un cerveau brillant et un QI élevé sont peu utiles si nous ne comprenons pas l’empathie, si nous ne savons pas lire nos propres émotions et celles des autres. Être étranger de son propre cœur et de cette conscience sociale où apprendre à se connecter, à gérer la peur ou la colère et à s’affirmer, c’est mettre de côté des capacités précieuses. Pour lui, l’intelligence émotionnelle est, qu’on le veuille ou non, un pilier essentiel pour être heureux.

Les 4 piliers de l’intelligence émotionnelle

Dans son approche de l’intelligence émotionnelle, il y a quatre piliers qui la soutiennent. Ils sont les suivants :

La conscience lucide de soi : ou capacité à comprendre ses émotions, à reconnaitre leur influence et à les utiliser pour guider les décisions. Elle fait référence à la capacité à comprendre ce que nous ressentons et à toujours être connecté(e) à nos valeurs. Comme une sorte de « boussole personnelle » bien calibrée qui permet de guider sur le bon chemin à tout moment. Tant que nous prendrons en compte ces réalités internes, ce monde émotionnel, nous saurons et agirons en conséquence.

La maitrise de soi : consiste à observer et accueillir ses émotions et ses impulsions : régulation et auto-empathie (ou auto-motivation). Pour se remettre des échecs et concentrer toutes nos ressources personnelles sur un seul but, combiner optimisme, persévérance, créativité et confiance, pour surmonter les difficultés. L’auto-motivation met en évidence la capacité de nous orienter vers nos objectifs

La conscience lucide de l’autre : englobe la capacité à détecter et à comprendre les émotions d’autrui : la fameuse empathie ! En effet, dans notre façon de communiquer et d’interagir, il y a un aspect qui va au-delà des mots. Nous parlons de la réalité émotionnelle de chacun : ce qui s’exprime avec des gestes, avec un ton de voix particulier, avec certaines postures, des regards, des expressions… Décrypter tout ce langage et découvrir ce qu’il traverse. Cette capacité aide à établir des liens plus forts et des liens sociaux et émotionnels plus profonds. De plus, reconnaître les émotions et les sentiments des autres est la première étape pour comprendre et s’identifier aux personnes qui les expriment.

La maitrise relationnelle : elle correspond à la capacité à inspirer et à influencer les autres tout en favorisant leur développement et à gérer les conflits : la régulation, le rapport aux autres, la communication aisée, la gestion des conflits ou des différences. Toutes ces dynamiques comportementales améliorent ou limitent la capacité à profiter ou non de nos relations. Pour créer des environnements de travail sains, confortables et productifs. Pour façonner des relations plus satisfaisantes avec votre partenaire, votre famille ou vos amis.

Daniel Goleman nous rappelle la nécessité d’être compétent dans ces quatre domaines. Cela ne vaut pas la peine d’en maîtriser un ou trois. La personne émotionnellement intelligente est efficace dans chacun d’eux.

Définition

Une des définitions de l’intelligence émotionnelle (IE) est : ensemble d’aptitudes émotionnelles et interpersonnelles, qui influencent la manière dont nous nous percevons et nous nous exprimons, développons et maintenons des relations, prenons des décisions et agissons dans la difficulté.

L’intelligence émotionnelle s’apprend et peut être développée.

Un entrainement

Une bonne santé mentale passe par un bon équilibre émotionnel. Santé et émotions ? Et oui, et cela démarre dès le plus jeune âge. Le bébé peut se développer et acquérir du langage s’il évolue dans un environnement affectif sécurisé, « attachement sécure » et si les parents verbalisent leurs émotions. L’expression des émotions chez les tous petits commencent par « j’aime, je n’aime pas », « j’ai faim, j’ai froid ». C’est simple : j’ai un besoin, je l’exprime.

C’est en grandissant que cela se complique. Car, derrière les émotions il y a un ou des besoin(s). Si ces besoins ne sont pas nourris, cela entraine frustration, colère, impuissance, bref autant de sources de conflits.

Avoir une intelligence émotionnelle développée c’est justement avoir la capacité de réguler les émotions à bon escient, dans l’intérêt de tous. Et si j’ai des émotions qui me submergent c’est à moi d’y répondre. Si j’attends des autres qu’ils y répondent, je serai forcément déçu.

Faire preuve d’intelligence émotionnelle nécessite donc un entraînement. Modifier un comportement ne peut pas se faire du jour au lendemain. Nous avons des compétences émotionnelles, mais elles peuvent être parasitées par de mauvaises habitudes et par nos biais cognitifs. Ceux-ci doivent être remplacés par de nouveaux comportements qui font la part belle à l’intelligence émotionnelle.

Par exemple, l’irritabilité qui se traduit par le fait de râler et de se mettre en colère, est un obstacle à l’écoute des autres, une compétence émotionnelle pourtant très importante dans la vie.

Un développement

Mais alors, combien de temps faut-il pour qu’une personne parvienne à développer une compétence émotionnelle ? Cela dépend de plusieurs facteurs. « Plus les compétences sont complexes, plus cette maîtrise est longue à acquérir » reconnaît Daniel Goleman. C’est pourquoi il est indispensable de toujours travailler ses compétences émotionnelles. Et peu importe l’environnement dans lequel on se trouve : au travail, en famille, en couple, entre amis…

Quand les bénéfices de l’intelligence émotionnelle sont visibles dans son propre environnement professionnel, on ne peut que vouloir l’appliquer dans toutes les sphères de sa vie. Toute relation est l’occasion de mettre en pratique les compétences émotionnelles et de les améliorer par la même occasion. Nous apprenons des autres.  

Daniel Goleman explique aussi qu’une partie de l’intelligence émotionnelle se trouve dans nos gènes. C’est-à-dire qu’elle peut être activée et désactivée, en fonction de l’environnement émotionnel et social dans lequel nous grandissons et nous sommes éduqués.

Cependant, et c’est là que réside la vraie magie, l’intelligence émotionnelle répond à cette plasticité cérébrale où tout stimulus, pratique continue et apprentissage systématique crée des changements, crée des connexions et de nouveaux domaines où nous pouvons être beaucoup plus compétents dans chacun des 4 domaines mentionnés précédemment.

Daniel Goleman parle de la nécessité d’éduquer les enfants par cette approche. En revanche, à l’âge adulte, nous avons accès à toutes sortes de formation à l’Intelligence Emotionnelle. Il suffit d’être persévérant et volontaire pour découvrir les bienfaits de l’intelligence émotionnelle et ses applications.

Les bienfaits de l’intelligence émotionnelle

Les nombreux travaux ont montré que cette capacité peut être augmentée et que sa pratique peut conduire à des résultats positifs sur la santé mentale, la satisfaction relationnelle et le rendement au travail.

Voici quelques exemples de ces travaux :

  • Une plus grande productivité

Les personnes aux capacités émotionnelles développées sont plus enclines à l’efficacité. Ne pas écouter ses émotions revient à éteindre la sirène du système incendie sans rechercher la source de l’alerte. Cela va donc générer des conflits internes qui sabotent la capacité à travailler avec attention et précision.

  • Une meilleure qualité de vie

Les émotions désagréables et les relations toxiques représentent des facteurs de risque qui conduisent à l’apparition de certaines maladies. Par conséquent, il est important de savoir comment gérer ces sentiments perturbateurs (colère, anxiété, dépression, pessimisme, etc.).

  • L’accroissement des apprentissages et de la réussite

Daniel Goleman affirme également que le stress émotionnel prolongé interfère avec les facultés intellectuelles, entravant ainsi la capacité à apprendre. Pour lui, la réussite ne dépend pas du talent mais de la capacité à continuer malgré les échecs

Voir l’article : Les erreurs d’hier font les succès d’aujourd’hui

  • L’enrichissement de la vie sociale

L’intelligence émotionnelle comprend la capacité de se raccorder correctement aux émotions des autres, mais aussi d’être capable d’exprimer ses sentiments de manière appropriée. Ces deux facteurs aident à établir des liens plus sains et plus durables.

Les applications de l’intelligence émotionnelle … « un voyage vers soi et vers les autres »

L’application de l’intelligence émotionnelle est constante, à n’importe quel moment de la vie. Il peut s’agir par exemple de :

  • Détecter l’émotion derrière chacune de nos actions pour éviter de les amplifier.
  • Elargir notre langage émotionnel. Parfois il ne suffit pas de dire « je suis triste », il faut être plus précis. « je suis triste parce que je me sens déçu(e), u en colère et confus(e) en même temps ».
  • Comprendre que nos réactions émotionnelles influent sur notre comportement et prendre du recul pour mieux interagir avec les autres.
  • Être dans l’empathie, c’est-à-dire savoir comprendre que l’autre a une réalité différente de la mienne, avec des besoins différents.  Ce qui ne signifie pas nécessairement d’être d’accord avec son point de vue.
  • Exprimer ses émotions avec assurance.
  • Améliorer ses compétences sociales.
  • Apprendre à se motiver et à se battre pour ses objectifs qui peuvent nous rapprocher du vrai bonheur.

Ne rien dire est une manière de s’exprimer donc autant bien le faire. Pour cela il y a de nombreuses techniques comme la CNV (communication non violente) qui part du principe que :

  • si je suis capable d’exprimer convenablement mes émotions/sentiments,
  • si je suis capable de décrire les faits générateurs de la situation problématique, comme un observateur, sans jugement,
  • si je sais exprimer mon besoin/mes pensées/ma démarche,
  • si je sais accueillir le point de vue et les émotions de l’autre, sa réalité (accueillir ne veut pas dire être d’accord).

Et bien nous pouvons trouver une solution, des options qui conviennent à tous, sans conflit.

Pour apprendre à les vivre et à s’en servir comme un véritable appui, en vue d’une meilleure stabilité émotionnelle dans différentes situations .

Découvrir et développer son intelligence émotionnelle, un voyage vers soi et vers les autres.

Cette intelligence est importante, spécifiquement dans le domaine professionnel (Voir encart). Alors que l’intelligence rationnelle permet d’acquérir des diplômes et des compétences, l’intelligence émotionnelle permet d’évoluer plus facilement dans son travail. Développer son intelligence émotionnelle aide à faire des choix décisifs et à saisir des opportunités de façon plus objective.

Pour conclure, les émotions sont un signal envoyé à notre cerveau pour signaler un changement, réel ou imaginaire entre la personne, les autres ou son environnement. L’intelligence émotionnelle aide à trouver une réponse adaptée et efficace dans de nombreuses situations. Savoir utiliser ses émotions et ses sentiments permet de distinguer toutes les informations pour orienter son comportement. Cette intelligence avec laquelle nous sommes capables d’ajuster les émotions, où nous pouvons mieux nous connecter avec les autres, où nous vivons en équilibre et en harmonie en nous sentant compétents, libres, heureux et personnellement épanouis. Y parvenir est une aventure à conquérir au quotidien !

L’Intelligence Émotionnelle en entreprise

« La demande des entreprises pour des salariés disposant d’une forte Intelligence Émotionnelle pourrait ainsi être multipliée par 6 dans les années à venir. Globalement, 83% des organisations estiment que l’Intelligence Émotionnelle jouera un rôle crucial dans leur réussite future. » https://www.capgemini.com/fr-fr/news/etude-sur-lintelligence-emotionnelle

Très concrètement voici quelques exemples d’application au sein de l’entreprise

  • Les cabinets de recrutement l’ont intégré. Les soft skills, et plus particulièrement l’intelligence émotionnelle, fera la différence quant à la capacité d’un(e) candidat(e) à s’intégrer au sein d’une structure « les personnes dotées d’une intelligence émotionnelle (EI) élevée possèdent un sens plus développé des émotions et analysent plus finement les situations et les comportements, aussi bien pour eux-mêmes que pour leur entourage professionnel » Voir l’article de Michael Page  » L’intelligence émotionnelle dans le recrutement »
  • Les machines sont de plus en plus performantes donc la vraie différence d’un manager se manifestera dans le savoir être avec les collaborateurs, la capacité à gérer des relations sereines et orientées solutions, à dénouer les situations tendues et à faire grandir son équipe.
  • Un(e) leader émotionnellement équilibré(e) inspire confiance, sait détecter les talents et les faire grandir, sait faire preuve d’empathie et engage toute son équipe en instaurant un climat de travail apaisé propice au développement de la QVT qui comme chacun le sait est un vrai levier de performance.
  • Une équipe performante, consciente de ce que veut dire communication, co-construction, esprit d’équipe sera forcément beaucoup moins sujette aux allers-retours contre productifs, aux conflits, d’autant que nos nouveaux modes de travail (semi distanciel, filtre de l’écran, visio conférence) tronquent notre capacité à appréhender la réalité de notre interlocuteur et à favoriser un travail d’équipe fructueux.