Archives par mot-clé : échec

Quel talent !

22 octobre 2021

Il y a quelques semaines, Bernard Tapie quittait ce monde et, même s’il n’était pas apprécié de tous, il n’en reste pas moins qu’il a marqué les esprits. Michel Drucker a résumé cet homme hors du commun : « un surdoué, quelqu’un qui a tout réussi ».  Et de rajouter : « Tout ce qu’il touchait, cela réussissait ». C’était un talent venu de loin. Bernard Tapie ne cachait pas sa réussite, il montrait qu’on pouvait démarrer d’en bas et arriver tout en haut ». Est-ce que l’on peut dire que cet homme avait du talent ? En tous les cas, il a pris sa place dans la société. Le titre du livre de Philbert Corbrejaud,« libérez vos talents, personne ne le fera à votre place », m’a fait penser à cet homme qui a marqué les esprits !

Comment parler du talent sans se mettre d’accord sur le terme et son origine ? Inné ou acquis ? Doit-on travailler quand on a du talent ? Peut-on dire que l’on a des talents cachés ? Quelles sont les méthodes pour découvrir ses talents ? Comment utiliser son talent et surtout comment mieux se connaitre ? Qui sont ces talents dont on parle en RH ? Autant de questions sur lesquelles je vais porter mon regard.

 Un talent, d’après le dictionnaire, est une aptitude naturelle et spontanée qui permet à une personne de bien faire les choses dans un domaine donné, avec beaucoup d’aisance et sans efforts apparents.

Et pour contredire cette définition, Jacques Brel disait dans une interview « le talent, ça n’existe pas. Le talent, c’est d’avoir envie de faire quelque chose »

LE TALENT EST-IL INNÉ OU ACQUIS ?

Devons-nous attribuer les capacités extraordinaires d’un individu au hasard ou à la génétique, ou est-ce le fruit d’un travail acharné ? Cette question divise. Il y a ceux qui considèrent que le talent ne s’acquiert que par le travail et d’autres l’attribuent à la génétique. Tandis que de récentes découvertes octroient le talent, à un isolant neuronal qui se nomme la myéline. Et, la plupart des scientifiques considèrent que, l’expérience, le talent, le génie, peu importe le terme qu’on le lui accorde, s’obtient par le travail.

Le journaliste Canadien Malcolm Gladwell a publié un ouvrage intitulé « Les prodiges» consacré aux personnes les plus talentueuses de la planète. Selon ses recherches, et les témoignages recueillis, le talent n’a pas grand-chose à voir avec le succès. Au lieu de cela, c’est la quantité de pratique délibérée qui fait la différence. La pratique délibérée se résume par une activité, avec un effort conçu pour améliorer la performance cible. Ses recherches ont révélé qu’un minimum de 10 000 heures de pratique délibérée est nécessaire pour devenir un expert de classe mondiale dans des domaines établis.

Il est indiscutable qu’un travail acharné porte ses fruits seulement car il semblerait que d’autres facteurs soient liés au génie. La raison à cela, vient du fait que certains pratiquants deviennent des « experts » bien avant les 10 000 heures. C’est le cas du Norvégien Magnus Carlsen considéré comme le « Mozart des échecs » qui contredit cette règle. Son ouvrage s’accompagne de nombreux exemples de sportifs, de musiciens ou autres joueurs d’échecs, ayant atteint le statut d’expert à propos de la règle des 10 000 heures.

Quels sont tes talents ?

Quand la question est posée « quels sont tes talents ? ». Des personnes ignorent la réponse ; elles pensent qu’elles n’en ont pas. La société a souvent élevé au rang de talents, des aptitudes artistiques telles que le chant, la danse, le théâtre, la musique, etc. Donc, de façon inconsciente, le talent serait réservé aux artistes. Et, ceux qui n’ont pas la fibre artistique seraient considérés comme des personnes sans talent !

La vérité est toute autre : chaque personne a au moins un talent … voire même plusieurs. Mais très peu en sont réellement conscients.

Le talent est spontané. Par conséquent, il se différencie de la compétence que l’on peut acquérir à force de travail et d’expérience dans un domaine donné ; sans nécessairement avoir un talent dans ce domaine.

Il existe des talents dits innés (chanter avec une très belle voix, savoir très bien danser sans apprentissage, jouer excellemment au football, etc.) et des talents dits acquis (maîtriser ses émotions, avoir une capacité à gérer des conflits, avoir une capacité d’adaptation exceptionnelle, etc.).

Qu’ils soient innés ou acquis, les talents se développent en général de manière inconsciente, a priori pendant l’enfance. C’est la raison pour laquelle, lorsque l’on travaille à la reconnaissance de vos talents, il est important de revenir à l’enfance, à la recherche de situations ou d’anecdotes, qui peuvent paraître de prime abord anodines mais qui peuvent être révélatrices de talents possédés sans en être conscient.


COMMENT IDENTIFIER LES TALENTS ?


« Le talent est un don que dieu nous a fait en secret et que nous révélons sans le savoir. » disait Montesquieu.


En France, 25 % des salariés avouent être activement désengagés et 69 % reconnaissent qu’ils ne sont pas engagés (1). Au total, ce sont ainsi 94 % des salariés français qui ne sont pas enthousiastes dans le cadre de leurs fonctions et sur leur lieu de travail. L’auteur, Philbert Corbrejaud, a lui-même fait l’expérience de ce désengagement et a frôlé le burn-out à des postes dans lesquels il ne s’épanouissait pas. C’est en prenant conscience de ses talents que ce self-made man a réussi à monter son entreprise pour aider les autres à trouver leur propre voie. Il dénonce l’importance que la société française donne aux diplômes obtenus dans le cadre du cursus scolaire classique, au détriment des talents et de la passion des individus. Chaque projet professionnel est unique. Il faut éviter de se conformer aux attentes des autres, au risque de passer à côté de sa vie.

Nous avons tous en nous des forces (que l’on ne remarque pas toujours) qui nous permettent d’être à l’aise et en confiance dans divers domaines. Ces forces ne sont pas seulement d’ordre intellectuel ou physique, elles sont là, enfouies en nous.

Le combo gagnant pour libérer ses talents c’est : Force / Objectif / Action.

A LA DECOUVERTE DE SES TALENTS

Maxime Gorki, écrivain russe, disait « Avoir du talent, c’est avoir foi en soi même et en ses forces. »
Il s’agit de mettre en pratique le fameux « Connais-toi-toi-même » de Socrate. Cette assertion, sous sa forme impérative, indique que l’exigence de l’homme doit se porter sur sa nature. C’est en se connaissant, en cherchant en lui-même, que l’homme peut trouver la sagesse … et ses talents cachés.

  • Voyez par vous-même en appliquant ce qui suit !
  • Identifiez les choses que vous faites aisément et accordez-leur de l’importance
  • Identifiez les domaines dans lesquels vous apprenez plus facilement
  • Servez-vous de votre entourage comme miroir
  • N’établissez aucune frontière entre votre vie personnelle et vie professionnelle
  • Analysez ce qui vous semble évident mais difficile à expliquer
  • Notez vos réalisations marquantes
  • Et enfin tirer profit de vos échecs

PROFITER SES TALENTS

Les reconnaître, est une première étape, les travailler est la suivante ! Plusieurs outils dits « de développement personnel » facilitent la connaissance de soi, la confiance en soi, l’image de soi, l’estime de soi, et enfin l’affirmation de soi : le MBTI, La Process Communication (2), etc.
Changer le regard des autres par le développement personnel et savoir utiliser ses talents, c’est déjà un talent !
Néanmoins, le talent ne suffit pas. Alphonse Allais disait « Il ne suffit pas d’avoir du talent, il faut encore savoir s’en servir. »

ALORS COMMENT GERER LES TALENTS ?


L’attention des entreprises est souvent ciblée sur les qualités et les compétences. En entretien d’embauche par exemple, que demande-t-on ? Quels sont les diplômes ? Les savoirs ? Qu’avez-vous fait jusqu’à présent ? Les savoir-faire ? Et la fameuse question tant redoutée par les candidat.e.s: « quels sont vos défauts et vos qualités » ?

Et si les recruteurs demandaient : « quels sont vos talents ? ».

La tendance émergente en ressources humaines est la gestion des talents. Cette tendance se propage depuis quelques années. Les entreprises faisant face à la crise ne veulent plus miser que sur les « chevaux gagnants » : les talents.

Si les entreprises désirent rester compétitives et performantes, elles doivent veiller à anticiper les transformations : attirer, fidéliser et former, faire émerger et cultiver le potentiel de tous, permettre d’évoluer.


Autant de leviers que la fonction RH et les managers ont à leur disposition afin de permettre à chacun de s’épanouir pleinement. C’est en cultivant le plaisir du travail, en donnant du sens à tous les niveaux de l’organisation que l’entreprise pourra espérer attirer de nouveaux talents, et surtout conserver les siens ! L’individu restant la clé du succès de chaque structure.
Pour conclure, chaque talent est unique. Il en existe autant qu’il y a de personnes sur cette terre. La connaissance de ses talents, ça rapporte : l’estime de soi puis la confiance en soi

Mais surtout : Vous serez vous ! Et non pas celui qui cherche à ressembler aux stéréotypes !

(1) extraits du livre « libérez vos talents »

(2) J’anime 2 ateliers Process Com©

  • Développer son aisance en communication grâce à la Process Com©
    1. Niveau 1
    2. Niveau 2

Les erreurs d’hier font les succès d’aujourd’hui

21 juin 2021

échec et réussite

Avez-vous déjà connu quelqu’un dont la vie n’est qu’une succession de réussites ? En tout les cas, moi, pas encore ! L’échec fait partie de la vie. Frédéric Dard disait très justement « Dans l’existence, il est important de se préparer des motifs d’échec, ainsi les réussites n’en sont que plus brillantes ».  L’échec peut avoir de nombreux avantages, il faut savoir en tirer parti et surtout s’en remettre. Le but de cet article est de vous aider à surmonter un échec et le transformer en réussite.

Les avantages d’un échec

Instaurer un changement

Chacun de nous connait des échecs qui nous font passer par une ou des périodes difficiles. Il est important de garder en tête que chaque défaite, chaque erreur a une cause qui n’aurait pas été détectée sans la survenue de cet échec.

Une fois détectée, nous pouvons la corriger et essayer de s’en débarrasser. Il s’agit d’instaurer un changement et de redéfinir un ou des objectifs. Pour cela, il faut changer de stratégie : prendre des mesures que nous connaissons mais que vous n’avons pas mis en œuvre simplement par paresse ou négligence.

 « Le succès est fait de 99% d’échec » – Soichiro Honda

(Re)définir ses objectifs

Nous pouvons éprouver des difficultés à prendre des décisions face à des choix. Or, à vouloir gérer plusieurs projets de front, nous risquons de nous éparpiller et de ne réussir nulle part. En effet, il faut savoir faire preuve de beaucoup de discipline. Il vaut mieux se concentrer sur un sujet à la fois, l’un après l’autre. Un des avantages cachés de l’échec est donc de comprendre l’intérêt de la focalisation. Une fois que nous concentrons notre énergie, nous devenons incroyablement productifs. Alors, faisons le bon choix et prenons enfin une décision.

  • Sur quel sujet, dans quel domaine décidez-vous de focaliser toute votre attention ?

Mettre au clair ses priorités et optimiser ses stratégies.

Face à l’échec, deux options : soit abandonner, soit rechercher une manière différente de faire les choses. L’abandon qui serait un échec définitif ne doit être envisagé qu’en ultime recours. Voilà pourquoi l’échec “temporaire” est une bonne opportunité pour améliorer sa stratégie. Il s’agit ici d’un des avantages cachés de l’échec car celui-ci va vous permettre d’aborder les problèmes sous un angle nouveau. Chaque échec révèle une erreur, une mauvaise stratégie ou une mauvaise façon de faire les choses. Alors saisissons en tout le bénéfice.

  • L’échec développe de nouvelles compétences et nous redonne de l’importance à notre existence

Confrontés à des défis majeurs, nous n’avons d’autres choix que de développer de nouvelles compétences. Sans cela, il est fort possible que nous n’aurions jamais cherché à développer de telles compétences.

L’échec nous donne l’occasion de comprendre que nous avons encore la capacité d’apprendre. Le fait même de nous rendre compte de nos capacités renforce notre confiance en nous et nous permet de faire face plus facilement à l’adversité. Les expériences négatives constituent donc pour nous de bonnes occasions de nous surpasser et de devenir meilleur.

  • Un des avantages cachés de l’échec est la possibilité, la bonne occasion que vous offre cette situation, d’apprendre et d’évoluer positivement.

L’échec endurcie votre caractère et (re)motive

L’aphorisme de Nietzsche “Ce qui ne tue pas rend plus fort” n’est pas toujours vrai (selon moi !) mais peut vous servir pour grandir et nous (re)motiver. En effet, cela peut vraiment aider à surmonter les obstacles. A force d’endurer les difficultés et d’en triompher, nous apprenons avec le temps à les relativiser. Alors, même si aujourd’hui les problèmes auxquels nous faisons face semblent insurmontables, dans quelques mois on peut en rire ! Peu importe l’ampleur de la tâche, peu importe à quel point elle peut nous éprouver aujourd’hui, gardons à l’esprit que cela ne sera bientôt qu’un lointain souvenir.

  • Sachez apprécier les difficultés à leur juste valeur, un bon moyen de vous rendre plus fort et plus combattif.

L’échec vous fait apprécier le succès et donne du sens aux choses

Plus difficile est la tâche, plus dur est le combat et plus douce sera la victoire, plus jouissif sera le succès ! En effet, plus vous allez devoir surmonter d’obstacles avant d’atteindre votre but et plus vous lui accorderez de valeur. Plus il vous sera difficile de réaliser votre rêve, plus votre travail aura été acharné pour y arriver et plus vous serez en mesure d’apprécier cette victoire. Voici donc encore à ce niveau un autre des avantages cachés de l’échec.

  • Plus vous allez y être confronté sur le chemin de votre rêve et plus vous serez fier d’y être arrivé.

Pour illustrer nos propos, voici l’exemple d’un homme, Jack Ma. Cet homme a accumulé plusieurs échecs. 24 candidats pour 23 postes à pourvoir dans un KFC, qui a été refusé ? Jack Ma. Idem quand il postule pour être policier : 4 postes, 5 candidats, Jack Ma est encore refusé ! Il rate 3 fois son examen pour rentrer en université. Postule 10 fois à Harvard sans être jamais accepté ! Il créé Alibaba, pendant les 5 premières années, il ne gagne rien. Aujourd’hui Jack Ma est l’homme le plus riche et le plus connu de Chine !

Nombre de personnalités ont connu des échecs avant d’être dans la lumière : Steven Spielberg, Mickael Jordan, Oprah Winfrey, Fred Astaire, Steve Jobs, Bill Gates, etc. Voici un article intéressant https://femmedinfluence.fr/10-personnalites-passes-lechec-de-connaitre-reussite/

Tirons-en les leçons ! Plus le chemin est semé d’embuches, plus il sera accordé des valeurs personnelles et plus nous sommes enclins à gravir de nouveaux sommets.

L’art de cultiver les hasards pour enchanter sa vie : il n’y a pas d’erreur, il n’y a que des heureux hasards !

Confirmation…

La plupart des îles ont été découvertes par hasard, vous pouvez vérifier !

Un autre exemple lié aux effets secondaires : le Viagra. Les scientifiques du laboratoire Pfizer étudiaient un traitement contre l’angine de poitrine. Mais, les patients ont rapporté des érections comme effet secondaire. Par la suite, dans le traitement de l’impuissance, le produit s’est avéré efficace !!

En 1770, Edward Nairne, ingénieur anglais, aurait confondu le pain avec un morceau de résine d’hévéa. La pratique était d’enlever les taches d’encre avec de la mie de pain. Surpris par le résultat et fier de sa découverte, il se serait lancé dans le commerce des premières gommes naturelles au prix de 6 shillings l’unité ! Il y en a bien d’autres : le post-it, la champagnisation, etc.

L’enseignement à en tirer : ne pas s’en tenir à l’échec ou l’erreur mais chercher ce que cela nous apprend. On parle alors du principe de sérenpidité. Un mot compliqué à prononcer, pourtant utilisé mais pas encore reconnu quand je vous écris ! Microsoft n’a pas encore reçu d’information sur ce nouveau terme !

Ce terme, qui veut dire en terme scientifique « une découverte faite par hasard », apparaît la première fois en 1754, dans une lettre de l’écrivain anglais Horace Walpole pour désigner l’art de la découverte qu’il cultive lui-même. Il illustre son propos en utilisant un ancien conte persan « Les trois princes de Sérendip », dans lequel trois frères parviennent à décrire un chameau sans jamais l’avoir vu par simple esprit de déduction.

Sérendipité

Ce conte a influencé le « Zadig » de Voltaire dans le siècle des lumières. La question centrale du conte est le voyage comme meilleur moyen d’éduquer et donner une leçon sur la vie. Les 3 frères sont bien éduqués mais manquent d’expériences. Leur père décide de les envoyer en dehors de leur royaume pour se confronter aux autres et à d’autres réalités. Leur aventure avec le chamelier va les conduire à un procès qui les amènera, après argumentation, à la bénédiction de l’empereur. Et pourtant ils ne cherchaient rien au départ.

  • On ne découvre pas par intention, mais par attention
  • On n’invente pas par volonté, mais par disponibilité.

Voici un autre conte à méditer pour bien saisir le concept de sérendipité : un fermier chinois possédait un cheval blanc dont il était très fier. Un jour, ce cheval s’échappa de son enclos. Les voisins du fermier s’empressèrent de lui dire « Quelle malchance ! » ce à quoi il répondit « Peut-être ». Le lendemain le cheval revint à la ferme avec 12 juments. Les voisins du fermier s’extasièrent « Quelle chance ! » et le fermier de répondre « Peut-être ». Le fils du fermier décida alors de monter une des juments et se cassa la jambe. « Quelle malchance ! » commentèrent les voisins, alors que le fermier continua à dire « Peut-être ». Par la suite, l’armée arriva dans le village et réquisitionna tous les jeunes hommes pour partir à la guerre, sauf le fils du fermier avec sa jambe cassée…

Se remettre de ses échecs ou erreurs – La prise de décision

échec et réussite

Verre à moitié vide ….

Le fait d’entreprendre peut mener à 2 issues :  la réussite ou l’échec. En cas d’échec, nous réagissons principalement de deux manières. La première consiste à accepter l’échec puis à le surmonter dans l’espoir de réussir cette fois. La seconde manière consiste à abandonner. Cette seconde manière est à éviter, car elle nous éloigne de l’objectif. Nous aurons tendance à ne voir que les aspects négatifs du projet.

Ou verre à moitié plein !

Contentons-nous de regarder l’échec en face, comme un objet extérieur, puis faisons son analyse. Pour quelles raisons avons-nous échoué ? L’objectif fixé était-il trop élevé ? Etions-nous réellement motivés ? Avons-vous mis toutes les chances de notre côté ?

Il s’agit de changer de perception de l’échec et pour cela plusieurs possibilités s’offrent à nous :

  • Ignorez les « experts » en « je te l’ai dit » et « tu aurais dû m’écouter, regarde le résultat aujourd’hui ». Le succès demande une certaine prise de risque.
  • Comprenez qu’il est normal d’échouer. Relisez la liste des personnes les plus prospères de ce monde et voyez comment leurs échecs successifs ont été des vecteurs de réussite.
  • Utilisez l’échec comme levier pour vous en remettre, mais aussi pour vous propulser vers l’avenir.
  • Faire une liste de vos échecs en essayant de comprendre pourquoi vous avez échoué.
  • Posez-vous les questions suivantes : qu’auriez-vous pu faire différemment ? Comment allez-vous affronter vos échecs à l’avenir ? Qu’avez-vous appris du passé afin de préparer un avenir meilleur ?

Il est normal d’échouer… Mais, il n’est pas normal d’abandonner. Mieux vaut continuer à échouer encore et encore. Persévérez jusqu’à la réussite. Le succès sera tellement plus important et plus fort lorsqu’il sera atteint.

« Le succès, c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme. » – Winston Churchill

L’échec nous emmène dans un voyage que nous ne voudrons peut-être pas faire. La réalité est que ce voyage nous aide à devenir la meilleure version de vous-même… comme les 3 Princes de Sérendip !

  • L’échec ne signifie pas la fin.

Et NOTRE responsabilité dans tout ça !

Une nouvelle perception des choses est une aide, mais elle doit être assortie de persévérance. La persévérance est une forme de courage qui permet de traverser les épreuves et de continuer à avancer vers les objectifs malgré la difficulté. Vous avez le droit de vous donner la permission de faire les choses, de vous avouer que ce que vous fait dans le passé n’était pas si bien. En analysant la situation, vous devenez responsable de votre avenir et de vos succès.

Ma conclusion serait de vous donner un conseil et une anecdote.

Le conseil est qu’il est important de savourer de ce que l’on a. Cela nous aide à penser autrement et à regarder les événements différemment.

Et pour l’anecdote : en 2000, après plusieurs licenciements, cdd et missions d’intérim, donc à la recherche d’un nouvel emploi, je m’entends dire « vous êtes vieille maintenant pour trouver un poste ! ». Inutile de le croire, voire de le penser… Après une nuit à analyser ma situation – plutôt que d’aller dîner au restaurant avec des amis 😉 – je décide de m’inscrire à l’Insee pour devenir consultante-formatrice. Pour fêter cela, j’invite quelques amis. Et à l’annonce de ma décision, voici ce qui m’est dit : « tu es folle, tu ne te rends pas compte du boulot qui t’attend ! », « tu vas exploser en charge ! », « tu n’y arriveras pas, il y a trop de monde sur le marché ! », etc. Personne pour me dire « c’est courageux », « bravo », « nous te soutenons » … J’aurais pu me dire « je ne vais pas y arriver ». Cela fait 21 ans que je fais ce métier et que je m’y épanouis. 

Rappelons-nous : utilisez l ’échec comme levier pour vous en remettre, mais aussi pour vous propulser vers l’avenir.

J’anime un atelier de 3 heures 30 sur “Assumer ses échecs et valoriser ses réussites